IMG_0722.jpg

Frédérique Clerval

​Par cette petite histoire,  je vous raconte qui je suis... Ce que je sais faire et pourquoi je le fais

et tant de chose à construire ensemble !

son%2520lettre_edited_edited.jpg

Après mes études musicales et para-musicales, j’avoue avoir hésité quant au choix du métier que j’allais exercer. Poste administratif au sein d’un Orchestre National, responsable de médiathèque publique, presse  écrite, Ministère de la Culture, ou encore travailler pour un éditeur musique.

Bref, après avoir enchaîné en quelques semaines des entretiens pour chacun de ces métiers, toutes les portes m’étaient ouvertes, et il m’était impossible de trancher car tout m’attirait.  Un musicien lyonnais m’appelle et me dit : « Frédérique, Oyonnax recrute un professeur de chant, présentez-vous, essayez, je pense que vous êtes faites pour ça ». Je m’exécute, en n’ayant aucune idée de ce qu’est ce métier, si ce n’est ma propre expérience d’élève auprès d’enseignants très différents.

Depuis octobre 1994, j’enseigne le chant, et j’aime de plus en plus ce métier. Il est question finalement de respiration, de legato, de phrasé, de linguistique, de rythme, de tempo, de justesse, d’écoute, d’interprétation, de styles,… et tellement plus encore.

Un lundi, à Oyonnax, un chef d’entreprise me contacte et me demande avec insistance de lui apprendre à avoir un impact en conseil d’administration le lundi matin suivant.

J’ai alors 27 ans, j’éclate de rire !

Et lui dis que je ne sais absolument pas faire ça, et que ce n’est pas mon métier et suis incapable de répondre à cette demande.

Les années passent...

Un psychiatre m’envoie une personne atteinte d’une dépression grave et qui ne peut plus articuler par moments. Je rencontre cette dame, j’essaie par tâtonnements de l’aider ce jour-là, tout en sachant pertinemment que je ne peux grand-chose à ce problème de santé.

Une autre fois, une professeure de collège me rapporte avoir lu que ses crises d’asthme peuvent être atténuées voire supprimées en travaillant son souffle. Je veux bien essayer de l’aider… et ça marche !

Et tant d’autres demandes depuis toutes ces années…

 

"Je dois prendre la parole en public, j’ai un trac monstre ; je suis stressé(e), j’ai l’impression d’étouffer, j’en ai mal à l’estomac, etc…"

oiseau.jpg

Toutes nos rencontres ont fait mûrir ma réflexion sur mon métier, sur vos attentes, sur mes compétences. Je vous en remercie !

Un professeur de chant est-il le même au XXIème siècle qu’aux siècles passés ?

Je ne pense pas. Si tel était le cas, cela voudrait dire que le métier n’évolue pas, ou encore qu’il n’est pas adaptable. Hors de question pour moi ! C’est un challenge tellement passionnant !

Alors aujourd’hui, je connais les multiples facettes qui me séduisent dans ce métier.

Tout d’abord, l’art vocal appartient à la dite grande Culture, ce langage universel. C’est ce qui rassemble tout le monde. Par exemple, des gens de différentes origines, nationalités peuvent être rassemblés dans un concert, classique notamment, avec cette même capacité à s’émouvoir, à ressentir des choses, échanger ensuite. Oui la Culture est ce qui rassemble et permet l’échange entre tous. C’est sociétal.

En Culture, le mot créativité est important. Etre créatif, c’est évoluer, tout en s’adaptant à la société, en affirmant ou en proposant quelque chose qui vient de soi.

Tout le monde a une voix. La travailler,  c’est se connecter à ses émotions, et les maîtriser en reliant corps et mental. Canaliser sa voix, la façonner, nous permet de choisir comment la transmettre, en chantant ou en parlant.

En comprenant le fonctionnement habituel de notre propre voix (chantée et/ou parlée),  nous pouvons choisir de changer, faire évoluer la gestion de notre souffle, le placement du son, notre posture...

Pour me joindre